La présidente de la SSG au téléjournal de la RTS sur le sujet de la maltraitance des les EMS

"Les résidents des EMS ne sont pas des numéros ou des pots de fleurs"

6.02.2019

Une affaire de maltraitance secoue un établissement vaudois. Une nonagénaire a failli mourir après avoir été brûlée par un aide-soignant. Ce drame lève le voile sur le tabou de la maltraitance en EMS.

Lien vers l'émission le TJ 19:30 sur RTS1 du 5 février 2019

... La psychologue Delphine Roulet Schwab, professeure à l’Institut et Haute école de la Santé La Source, à Lausanne, est l'auteure de cette étude. Elle explique que la maltraitance est liée à plusieurs facteurs. "Aux individus, qui parfois dérapent dans des situations où ils sont sous pression, ce qui est compréhensible, mais pas excusable. Aux institutions, à la manière dont le travail est organisé, à la dotation, à la formation qui est mise en place, aux restrictions budgétaires qui peuvent aussi peser sur ces institutions. Et puis à la société en général. Comment est-ce qu’on voit les personnes âgées? Comment est-ce que l'on valorise le travail auprès des personnes âgées? Tous ces facteurs s’accumulent dans certaines situations et peuvent amener à des dérapages." ...

Pour limiter les risques de maltraitance, il n’y a pas de solution miracle, estime la psychologue Delphine Roulet Schwab. Mais il y a un but à garder en tête, remettre l’humain au centre. "Il faut se rappeler qu’en face de soi, on a une personne avec toute une histoire, une expérience, qui a vécu plein de choses. On n’a pas un numéro ou un pot de fleur dont on doit prendre soin."